Amour envers Dieu et Amour envers les pauvres : un unique Amour...

Père Dario et mère Eusebia ont désiré et voulu leur église de maison-mère, bijou d’art du fondateur de l’Ecole « Beato Angelico » de Milan, pour exprimer le sens mystique de leur culte à Dieu et aux pauvres. L’église a une âme : la prière. Elle a une présence : Dieu. Elle a une communauté : les consacrées, les pauvres et les souffrants qui s’y retrouvent.
            Chercheurs de « Dieu seul », ils ont eu l’intuition que l’art est prière, aussi comme le service aux plus pauvres et à ceux qui sont repoussés est  prière. Dieu les a constamment attirés, comme Absolus et comme Présence cachée dans le plus pauvre, aimé et servi comme la « prunelle de ses yeux » : un amour unique, gravé comme programme de vie à l’entrée de leur maison : « Le culte des pauvres forme partie du culte de Dieu, nous devons les honorer comme des autels saints » (Crisostomo).
            Père Dario, dans la lecture orante du bréviaire quoti-dien, s’abreuvait à la source de la Parole et des Pères de  l’église. A’ cette école il se formait. Au contact surtout avec les Pères, tels que « Saint Eusebio », qui ont témoigné, en unité de vie, leur foi dans la Trinité et leur amour aux pauvres, il a appris comment vivre le nouveau commande-ment de Jésus dans sa nouvelle famille. Puisant encore dans l’expérience spirituelle du Crisostomo il a conçu l’exigence de graver sur le mur du convent de la communauté une autre inscription programmatique : « Qu’il est beau et plai-sant vivre ensemble comme frères » (Psaume 132).
            Dans cette même lumière mère Eusebia, dans son testament spirituel, écrivait : « … je recommande à toutes mes filles qu’elles soient unies, unanimes à faire du bien et qu’elles se conservent scrupuleusement fidèles au précepte de la charité qui est le lien de la perfection chrétienne ».      
            Nous nous sentons honorés de recevoir en hérédité une consigne si grande et précieuse : de continuer à conser-ver le climat de la communauté de Jérusalem, décrit dans les Actes des Apôtres, sur le modèle de la cénobie eusébienne, comme nous l’ont transmis père Dario, mère Eusebia, ainsi que nos premières sœurs. C’est aussi le sillons de l’église du troisième millénaire, qui invite tous les chrétiens à revenir à la simplicité évangélique des origines.

Leia também